Dépannage

 

 Installation existante
 Reprise installation
 Industrielle et tertiaire

 

Mise en sécurité électrique : norme UTE expérimentale XP C 16-600

La mise en sécurité, qui ne nécessite pas de gros travaux, concerne les habitations ou logements dont l’installation n’est pas ou plus en sécurité. Elle consiste à respecter des dispositions minimales pour une mise hors danger de l’installation électrique.

Le champ d’application de ce diagnostic électrique porte sur l’ensemble de l’installation d’électricité privative, visibles, visitables de l’installation des immeubles à usage d’habitation située en aval de l’appareil général de commande et de protection de cette installation.

Le diagnostic concerne l’ensemble des circuits de toutes tensions et natures de courant associés en vue de l’utilisation de l’énergie électrique. Le diagnostic s’effectue, sans déplacement de meubles ni démontage de l’installation électrique ni destruction des isolants des câbles.

Mise en conformité : norme NFC-15-100

Les axes principaux de la NFC-15-100 
Augmenter la sécurité des utilisateurs permettre le bon fonctionnement des installations électriques s’adapter aux besoins actuels (plus d’appareils ménagers et de matériel multi média : TV, ordinateurs … )

Les installations concernées 
La nouvelle norme NFC 15-100 s’applique aux bâtiments neufs, aux installations neuves des bâtiments existants : rénovation totale modification, extension (et parties existantes concernées).

 

Monoxyde de carbone

 

Intoxications au monoxyde de carbone : les chiffres – la surveillance 

 

Surveillance

La persistance des intoxications au monoxyde de carbone tous les ans dès le début de la période de chauffe montrent combien les efforts déployés pour lutter contre ces intoxications doivent être encore intensifiés.

A cette fin, un nouveau dispositif de surveillance des intoxications au monoxyde de carbone a été mis en place par l’Institut de Veille Sanitaire. Généralisé à toute la France depuis janvier 2005, ce dispositif vise un double objectif : l’alerte à visée préventive immédiate afin d’écarter les personnes exposées de la source de monoxyde de carbone et de prévenir les premières intoxications ou récidives par la gestion du risque, et l’information à visée épidémiologique.

Le système de surveillance des cas d’intoxications repose sur un dispositif de déclaration par :

  • Les services d’urgence des hôpitaux
  • Les services d’oxygénothérapie hyperbare
  • Les services d’incendie et de secours (Sdis)
  • Les laboratoires d ’analyses médicales
  • Les m édecins généralistes…

Les signalements sont reçus en fonction de l’organisation mise en place au niveau régional dans les Ddass, les services communaux d’hygiène et de santé (SCHS) pour les municipalités qui en disposent, ou encore dans les CAP.

A la suite d’un signalement, des enquêtes environnementales et médicales sont mises en œuvre pour décrire les cas et identifier l’origine de l’intoxication.

L’ensemble des données est recueilli par questionnaires standardisés dans une application informatique mis à disposition par l’Institut de Veille Sanitaire.

Pour en savoir plus : Le système de surveillance 4.2
Chiffres Le nombre annuel de décès par intoxication au monoxyde de carbone (hors incendies et suicides) est passé de près de 300 cas à la fin des années 1970 à une centaine de cas entre 2000 et 2004, correspondant à une diminution des taux de mortalité annuels de plus de 75% en 20 ans. Cependant, en 2006, il y a encore eu 1 069 intoxications avérées dans l’habitat déclarées au système national de surveillance piloté par l’Institut de Veille Sanitaire. 2953 personnes ont été impliquées dans ces intoxications ; 1849 d’entres elles ont été conduites aux urgences, 602 ont été hospitalisées et 44 sont décédées.

 

Le monoxyde de carbone (CO) est la première cause de mortalité par intoxication aiguë en France.

 

Pour en savoir plus : 

  • Les intoxications au monoxyde de carbone survenues en France métropolitaine en 2006. (PDF – 457.8 k) Source : Direction générale de la santé Sous direction Prévention des risques liés à l”environnement et à l’alimentation Bureau EA2
  • Environnement intérieur, accidents de la vie courante et maladies du travail 14, avenue Duquesne – 75007 Paris

 

Détecteur incendie (fumée)

 

 

La responsabilité de s’équiper d’un détecteur de fumée normalisé incombe à l’occupant du logement.Comme le stipule le décret de janvier 2011, tous les lieux d’habitations à usage privé devront être équipés d’au moins un DAAF avant le 8 mars 2015.

L’installation d’un détecteur de fumée doit permettre :

  • De détecter les fumées émises dès le début d’un incendie
  • Émettre immédiatement un signal sonore suffisant pour permettre de réveiller une personne endormie.
  • Contrôle fonctionnel par émission d’un avertisseur lumineux rouge une fois par minute
  • Installation rapide par nos services pour un appareil NF

 

 

 

 

Parlez de nous sur vos réseaux sociaux favoris :